Durant l'année universitaire 1981/1982, le récent diplôme de traumatologie du sport était en plein essor. L’amphithéâtre E de la pitié était, tous les vendredis, jour des cours, archi comble. Nous  étions, faute de places, le plus souvent tassés les uns contre les autres,  sur les marches d’escalier. C’est ainsi que je fis connaissance avec ceux qui allaient être à l’origine de l’AMDTS, en particulier Jean-Louis TRIBOUT, Claude BOURASSIN, Dominique MONTEAU.

 

Tout naturellement, nous nous sommes retrouvés à plusieurs  au « séminaire » de Préveza, organisé par un de nos jeunes « prof » J.B. COURROY, lui-même détenteur de ce fameux diplôme depuis l’année de sa création.

Par chance, toute notre petite bande réussit l’examen. Roland PEYRONNET, déjà diplômé, se joignit à nous pour créer cette AMDTS qui grâce   Dieu, est toujours vivante !

En réalité, tout le mérite de cette affaire revient à Jean-Louis TRIBOUT, un être merveilleux, bouillonnant d’initiatives et de fidélité, aujourd‘hui malheureusement disparu.

 

Le fil directeur étant ce séminaire de Préveza, qui lui avait donné des« idées » pour constituer une structure associative destinée à rassembler les anciens diplômés et les nouveaux candidats, à l’occasion d’un séminaire annuel, ouvert d’autre part à tous ceux qui pouvaient s’intéresser à notre spécialité.

Sitôt dit, sitôt fait, avec l’appui inconditionnel de Jacques RODINEAU, créateur du diplôme, et à l’époque, directeur de l’enseignement.

 

Je me remémore la première équipe, Jean-Louis, médecin généraliste, la cheville ouvrière, en était le secrétaire général. Marie-Josèphe TISSERAND, rhumatologue et Bernard MONTILLET, médecin de montagne, vice-présidents. Roland PEYRONNET, rééducateur, le trésorier. Dominique MONTEAU, généraliste, qui devait tant s’investir les années suivantes dans l’organisation de nos séminaires. Claude BOURASSIN, médecin scolaire, d’un dévouement sans limite, et plus tard Jean-Jacques VIMONT, rééducateur.

 

Sollicité par Jacques RODINEAU, j’acceptais d’en être le président. Ceci se passait il y a plus d’un quart de siècle. Depuis, si certains sont toujours là, de nouvelles têtes sont apparues. C’est l’évolution naturelle des choses.

Depuis, notre association a poursuivi son chemin, avec constance et détermination, et j’en suis certain, elle continuera à le faire.

 

Jean-Jacques ISSERMANN